La cent vingt huitième réunion

Publié le 27 Mars 2010

venus.jpg


- La cent vingt huitième réunion télépathique est ouverte.  Les membres présents sont priés de s'identifier.

Les sifflements aigus des océaniques remplirent rapidement l'espace, Venus fut forcée de constater qu'ils étaient encore moins nombreux que lors de la réunion précédente.  Voila qui n'allait pas simplifier les débats, pensa-t-elle. Puis les pépiements des aériens fusèrent dans son esprit. Elle ne put s'empêcher de saliver un peu. Elle avait toujours préféré les petits oiseaux à ceux qu'elle appelait "les poissons" en son for intérieur.

 - Venus, en qualité de représentante du groupe de surveillance terrestre, il vous appartient de procéder à la lecture du rapport et des recommandations rédigés par le comité de surveillance océanique.

Lors de la précédente réunion, c'est un océanique qui avait lu l'ordre du jour d'un aérien, la prochaine fois, un aérien lirait le rapport d'un terrestre, le système était bien rodé.

Vénus réprima un bâillement sonore qui aurait pu être perçu comme une marque d'irrespect à l'égard des membres du comité de surveillance océanique. Avec l'absence totale d'imagination qui les caractérisait si bien, ils avaient proposé pour la cent troisième fois de voter l'éradication.

Elle attendit calmement que ses congénères finissent de s'identifier et ronronna de fierté en entendant ses filles se présenter. Ce corps qu'elle appréciait vieillissait et elle était certaine qu'il ne supporterait pas un nouvel été. Lorsque son esprit se libèrerait, ce serait l'une d'elles qui prendrait le relais, pensa-t-elle en se tournant pour présenter son dos au soleil.

Elle savait que la lecture du rapport n'était qu'une formalité,  le Haut Conseil et tous les groupes de surveillance en avaient déjà pris connaissance, mais elle appréciait l'honneur qui lui était fait. Elle s'appliqua à articuler mentalement et retrouva le plaisir intact de manipuler le langage de ses origines dont les subtilités la ravissaient. Le constat des océaniques était bien entendu inutilement alarmiste.

- Nos rangs diminuent au point que nous ne serons bientôt plus assez nombreux pour assurer notre mission, récita Vénus. Quand nous ne sommes pas capturés par les filets, nous sommes empoisonnés par le mercure dans notre nourriture, affamés, kidnappés, condamnés à faire des pirouettes dans des bassins trop petits pour nous…Nous payons un lourd tribu à la férocité des Sujets qui chaque jour se dotent de nouveaux systèmes complexes. Depuis la dernière réunion, ils ont développé de nouvelles technologies de destruction, ils utilisent maintenant des ondes radar qui nous assourdissent et nous désorientent terriblement…

Comme si nous n'avions pas nous aussi, à un moment, payé de nos petits corps martyrisés les croyances anciennes des Sujets… Nous qui avons un temps été considérés comme les animaux du diable, nous qui, pour peu que notre pelage soit noir, sommes encore perçus comme les véhicules d'un mauvais sort, ce qui soit dit en passant est statistiquement exact.

- Quelle bande de Ѯ pensa-t-elle en continuant à réciter le pensum et elle utilisa un mot archaïque qui se mentalisait en associant une consone occlusive palatale associée à une voyelle nasale, et qui aurait pu se traduire par "cerveau hypotrophié  par une maladie qui empêche la conduction électrique normale dans les synapses, réduisant l'efficience des neurotransmetteurs à néant

Tandis que la partie gauche de son cerveau restait connecté à la conférence, la partie droite l'informa de l'arrivée de son Sujet préféré, celui qu'elle avait dressé à lui offrir de la nourriture convenable. Elle stocka l'information dans ses coussinets pour une utilisation ultérieure et vocalisa un petit salut à l'attention du Sujet.

- Il est très largement prévisible que les Sujets finissent par acquérir dans un avenir proche les connaissances nécessaires et préalables à un voyage dans l'espace de leur système solaire….

Par toutes les galaxies, que ces poissons étaient ignorants ! Vénus se félicita qu'à sa demande, les surveillants terrestres n'aient pas partagé leurs informations, les océaniques et les aériens ne s'en seraient jamais remis et les auraient largement utilisées pour influencer le Haut Conseil.

Elle avait longuement hésité, le comité de surveillance terrestre devait-il informer le Haut Conseil et les autres comités de surveillance que les Sujets étaient bien plus avancés dans leurs technologies que ce qu'ils croyaient ? Après tout, l'envoi d'une minuscule sonde au-delà de leur espace pouvait-il être considéré comme un "voyage intergalactique", protégeant ainsi les gentils Sujets ?  Quant au fait qu'ils aient commencé à tripatouiller les éléments primaires de la matière au sein de leurs laboratoires primitifs, qu'ils aient fait exploser quelques bombinettes atomiques, qu'ils s'approchent dangereusement du savoir nécessaire à  la création de trous noirs, ne serait-ce pas considéré comme un risque supplémentaire ?

Elle avait finalement réussi sans difficulté à convaincre ses pairs que l'invention du radiateur électrique, des coussins, de la nourriture en boîte,  compensaient largement les risques encourus et que l'éradication  des Sujets priverait les terrestres de ces délicieux gratouillis sous le menton, du jeu de la baballe en mousse et de la ficelle au bouchon, ce qui serait une perte que rien ne pourrait remplacer.

… En conséquence, nous les dauphins du comité de surveillance océanique,

- considérant que les sujets ne sont pas aptes à maîtriser leurs pulsions,  

Va donc hé 4413310689_095c8be1c1.jpg (traduction : tubercule comestible produit par l'espèce solanum tuberosum de

la famille des solanacées
)
, tu les maîtrises toi tes pulsions ? Tous les surveillants aériens et terrestres savent que vous passez plus de temps à jouer à la bête à deux dos qu'à assurer vos fonctions ! Tiens, vous n'avez même pas fait le lien entre les taux de radiations de l'atoll de Bikini et les expérimentations des Sujets,  persuadés qu'il s'agissait juste d'un phénomène naturel, je me demande à quoi pensait les premiers surveillants en vous accordant le droit d'habiter ces corps bien trop perfectionnés pour vous !

-considérant qu'il est avéré qu'ils seront en capacité à plus ou moins long terme de quitter leur planète, et dans un avenir lointain de quitter leur système solaire emportant dans leurs bagages leur volonté hégémonique ainsi que la violence inhérente à leur nature,

- considérant qu'ils constituent un danger mortel pour nos espèces pacifiques,

- considérant que si un jour ils accèdent à la grande migration intergalaxique, nous serons dans l'obligation de leur reconnaître le statu d'espèce pensante ce qui nous interdira toute intervention,

Nous proposons de mettre au vote la motion suivante :

Le Haut Conseil, à l'issue de sa  cent vingt huitième réunion, ayant entendu et compris les arguments des comités de surveillance océanique et aérien, ayant pris note des objections du comité de surveillance terrestre, décide l'éradication rapide et sans douleur de la race des Sujets surveillés conformément à l'article…

Bla-bla bla... Vénus écoutait les débats d'une oreille distraite, les petits aériens appuyèrent sans surprise la motion des océaniques, elle renifla avec inquiétude l'odeur douceâtre de  la compassion  qui montait dans les rangs du Haut Conseil lorsqu'ils firent part de leurs observations sur la pollution de leur habitats naturels,  sur le peu de cas que les Sujets faisaient d'eux en les transformant en brochettes ou en pâtés de grive, pattes en l'air, sur la disparition programmée de leurs biotopes etc...  Les aériens fonctionnaient en symbiose pour compenser les faiblesses de leurs minuscules cerveaux  individuels et exprimaient leurs arguments avec des milliers de petites voix dont la redondance exponentialisait la valeur.

Le Haut Conseil procéda au comptage des votes, une courte majorité se dégageait en faveur de la motion.

Alors d'une voix lasse, Venus intervint :

- Au nom du Comité de Suveillance Terrestre, et conformément à la législation en vigueur, j'informe le Haut Conseil que le Comité de Surveillance Terrestre entend utiliser son droit de veto et rejette la motion.

Elle espéra de toutes ses forces que ces imbéciles d'humains progresseraient rapidement dans leurs recherches qu'ils finirait par  regrouper leurs fabuleuses capacités au sein d'une harmonieuse collaboration qui les conduirait vers les étoiles, et que lors de la prochaine réunion, la question de leur survie ne se poserait plus … car le droit de véto qu'elle venait d'invoquer ne pouvait l'être qu'une seule et unique fois.

Tu ne trouves pas qu'elle a un regard bizarre Vénus aujourd'hui?  me demanda mon tendre époux tandis qu'il remplissait la gamelle de la vieille chatte.

Mraaa*, répondit Vénus en frottant sa tête contre le paquet de croquettes.

* traduction : hé couillon, je viens de sauver ta race, ça mérite pas au moins une boîte de thon ?

Rédigé par Fomahault

Commenter cet article

ASTRUC 15/04/2010 12:11



Si je pouvais avoir 1/10ème des dons de communication de Vénus....PFFFFFF JE retourne dormir.



Galac' 05/04/2010 21:34



Mraaaaaaaaow, j'adoooooore !


Rien d'autre à dire. :)


Ah si : ça confirme ce que je pense : y'a rien de plus beau que Le Chat.


 



MichelDALMAZZO 31/03/2010 11:32



Un détail.. la photo enlève un peu de suspens...



MichelDALMAZZO 31/03/2010 11:30



Pas toujours facile à lire pour mes vieur yeux et mon écran sale, mais mon jeune cerveau a fait beep, signe de grande télectation! Le texte, le montage, et même les jeux de police, sont
jubilatoires, et l'idée est plus profonde qu'il n'y parait. J'aime, Fomahault.



Axel21 30/03/2010 18:15



Dis-moi Vénus quel plaisir trouves-tu à faire ainsi cascader cascader ta vertu? (la belle Hélèné)